ZERO IT’S NOT A SIZE / BIKINI BODY

La presse féminine nous fait vivre un enfer dans la plus grande hypocrisie. Cette article résume tout ce que je pense ! xx♡



 

Qu’est ce que c’est encore que cette merde ? C’est un peu ou prou ce que je me suis exclamée en écoutant l’hilarante chronique de Vincent Dedienne à propos du site fourchette-et-bikini. Et dont la baseline est « qui a dit que mincir était compliqué ? »

« Fouchette & Bikini est le premier magazine on-line traitant de tous les sujets gravitant autour de la minceur : psycho, actu, beauté, bien-être, santé, maman… »

Définition que l’on pourrait accoler à l’ensemble de la presse féminine. Laquelle, dès la mi-mars délaisse peu à peu les sujets « actu » et « psycho » pour se concentrer sur la taille de nos culs et nos indices de masse corporelle. Car quand les beaux jours arrivent, les magazines féminins, papier ou en ligne, concentrent tous leurs efforts pour démontrer à nous, êtres utérins, que nous ne serons pas décentes en maillot de bain cet été à moins de perdre du poids. Oh pas beaucoup hein. Cette année 3 petits kilos en moins feront l’affaire précise dans sa grande mansuétude Constance Benqué CEO de ELLE.

Le fait même que Benqué semble considérer que dire aux femmes qu’elles n’ont à se délester QUE de 3 kilos constitue une petite révolution, (et croit que demander de perdre trois kilos ce n’est pas un régime) montre bien à quelle point la presse féminine est à côté de la plaque. Et s’enfonce chaque jour un peu plus dans le déni de ses responsabilités.

Car véhiculer le message qu’une femme doit changer d’apparence physique avant d’oser se prélasser sur la plage ou à la piscine soumise aux regardes (masculin, essentiellement) est d’une effroyable crétinerie. La presse féminine parle d’ailleurs « d’épreuve du maillot » comme s’il y’avait un test à passer auquel on peut potentiellement être recalée. Et induit donc une notion d’échec, alors même que les vacances sont censées figurer l’abandon, pour un temps, du souci de la performance et de satisfaire une instance supérieur. Quand t’es une femme, tu passes le bac option bikini toutes les putains d’année.

L’OBSESSION

D’après un sondage plus d’une lectrice de presse féminine sur deux (54%) avoue être obsédée par son poids et sa silhouette. Certain seront tentés de jouer à l’œuf ou la poule et de décréter que c’est parce qu’elles sont obsédée par leurs poids que ces femmes lisent la presse féminine, précisément pour y trouver des solutions. Mais il semblerait que ce soit le processus inverse: c’est après avoir refermé un Grazia ou autre qu’une femme peut littéralement haïr son enveloppe physique et développer une obsession pour telle ou telle partie de son corps. Et aller jusqu’à la dysmorphophobie le trouble de l’image de soi dont souffrirait 13% de la population. Je pèse 52 kg pour 1,61m. J’ai le poids normal pour ma taille, apparemment je devrais même prendre du poids. J’ai de la cellulite et des vergetures que je tolère la plupart du temps. Et je me trouve dégueulasse quand j’aperçois en une de Elle une mannequin prépubère et dénutrie floqué de la mention « objectif maillot ». Car il ne faut pas être que mince, il faut être bien foutue, tonique, avoir la peau ferme, bronzé, sans capiton, lisse. Rien ne doit dépasser. Et comme aucune femme ne dispose d’un photoshop intégré  cela est physiologiquement impossible.

Mais ces troubles engendrés ne sont rien par rapport à la façon dont la minceur, éridée en modèle, alimente par la même occasion la grossophobie. Si mincir c’est pas compliqué, comme l’affirme Fourchette et bikini, cela revient à décrire les femmes en surpoids comme des feignasses dénuées de volonté et qui feraient mieux de ne pas infliger à autrui la vison d’un corps maltraités. 

CACHER LES GROS

Car ces articles minceur grignotent l’estime de soi de toutes les femmes, mais surtout celles qui, tout en étant conscientes d’être grosses (car « grosse » n’est pas un gros mot), refusent d’être assignées à résidence et de se cacher. Nous vivons dans un monde, ou une femme en surpoids qui profite de la plage et poste la photo sur les réseaux sociaux en maillot se fait insulter. C’est quoi notre problème ???

La presse féminine est l’un des grands artisans de ce bodyshaming, elle prétend établir les normes, ce qui est joli, ce qui est laid. Et autorise par là même occasion les gens à sanctionner ceux qui débordent de ces standards.

Pourtant, avant d’être une question esthétique le poids est avant tout de l’ordre de la santé. Dans un monde parfait, la question ne devrait pas être « comment être baisable en bikini ? » mais « suis-je en bonne santé? ». Or, la presse féminine à volontairement flouté les lignes. Et assimilé la minceur à la vigueur et à la jouissance (toutes ces photos de femmes qui rient à gorge déployées devant un bol de roquette), le surpoids à la maladie et au mal-être. En faisant fil de tout ce que la science s’évertue à nous inculquer: à savoir que les régimes et les restrictions nous nuisent.

MONEY MONEY

Pourquoi la presse féminine continue-t-elle à nous refourguer des mono-diètes, des crèmes qui raffermissent le cul pendant qu’on dort, et des nouveaux complexes ? (car mesdames, les bras, c’est le nouveaux décolleté)

Et ben pour l’argent, pardi. Et elle ne s’en cache pas.  Interrogée dans le JT de France 2 la rédactrice en chef adjointe de Elle actuelle expliquait dans le plus grand des calmes: « On sait que naturellement, les sujets minceur ont 5% à 10% de vente en plus. » Et précisait à propos du régime « maigrir en 3 semaines » du numéros d’avril: « On ne maigrit pas en une semaine. Comme on est dans une logique d’accompagnement des femmes, on leur tien la main pendant trois semaines. En espérant qu’elles achètent les trois numéros bien sûr ».

C’est parce qu’elle nous « tient par la main » que, sur un numéro de Marie Claire, par exemple, la pub représente pas moins de 40% du contenu. Et que quand Grazia.fr préconise de faire du sport parce que « L’été, c’est bien jolie, mais maintenant il va falloir se remuer le popotin », c’est pour vanter des vêtement de sport avec un lien vers les eshop des marques citées. Le seul credo, vendre. (Si on te dit: « Tout va bien, tu es bien comme tu es », tu n’as plus de raison de vouloir acheter quoi que ce soit pour te perfectionner. Or c’est quand même le but… » a confié une journaliste beauté au magazine Marianne, sous couvert d’anonymat (tu m’étonnes).

EMPOWERMENT

Sur une même couverture de magazine, on peut voir un titre appelant à jeûner 48h ET un article appelant à « assumer ses rondeurs ». On peut voir une invitation à muscler et raffermie ses bras parce que même vos bras doivent être sexys, et une question qui déplore l’anorexie des ados. Hé ouais, Le Body Positive, c’est le nouveau noir. Parce que la presse féminine n’est plus à une contradiction près et parce qu’à bien y regarder, dire aux femmes qu’elles doivent « s’accepter comme elles sont » (et se tenir la main nues, dans un champs de coquelicots) n’est rien d’autre qu’une nouvelle injonction.

Sur twitter, si vous vous plaigniez de votre silhouette, il se trouvera toujours quelqu’un qui, avec les meilleures intentions du monde vous diras, si si vous êtes belles comme vous êtes et que vous devriez vous accepter. Même si on sait pas très bien comment faire pour s’accepter: faut-il se concentrer très fort et se répéter « je suis belle je suis belle je suis belle » en se balançant d’avant en arrière ? Faut-il postuler à un casting  pour le nouveau gel douche Dove ?

Même si Gigi Hadid est superbe, ça me fait marrer quand elle porte son crop top « love yourself » de même que des marques qui s’arrêtent au 42 qui ont des messages féministe, self acceptance. C’est une logique marketing bien crade « aime toi mais dans le respect de nos tailles stp »

BAH T’AS QU’A PAS L’ACHETER

Critiquer un tant soit peu la presse féminine, c’est s’exposer à un argument supposément définitif: « bah t’as qu’à pas l’acheter ».

Alors, 1 merci Sherlok. 2. Dire aux femmes qu’après tout ce sont elles qui sont un peu connes pour s’abreuver de ces magazines, c’est vraiment ce qu’on veut entendre hein.

Bien sûr, on est pas obligées de les lires. Mais c’est tout aussi crétin de dire que cette presse n’est pas dangereuse pour ses lectrices que dire à ceux qui dénoncent l’homophobie chez Cyril Hanouna qu’ils n’ont qu’a changer de chaîne.

D’ailleurs, pas la peine d’acheter Elle pour être matraquée par ses couvs. Passer devant un kiosque suffit à être imprégnée de cette image idéalisée du corps féminin. Les diktats ne disparaissent pas une fois un magazine fermé et jeté dans la poubelle jaune. Ils s’immiscent partout, même quand on n’a rien demandé. Même si Elle, Glamour et j’en passe cessaient subitement d’être irresponsable et superficielles, ça ne réglerait pas le problème pour autant.

Certains blogs et comptes instagram ayant pris le relais avec une dimension de proximité, plus dangereuse encore. Qu’une rédactrice beauté me dise que mes bras sont moches c’est une chose, quand c’est une fille de mon âge, qui raconte son « body challenge » en faisant le V de la victoire avec ses doigts, debout sur son stepper offert après un post sponsorisé, c’est encore plus vicieux.

J’ai envie qu’on laisse les femmes manger ce qu’elles veulent quand elles veulent et qu’on leurs laisse le droit d’être comme elles ont envie d’être, mais malheureusement ça rapporte pas de thunes.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s